Yulunga, la mort peut dancer...

Publié le par SaLmiagondis

Dead Can Dance était un groupe emblématique. 
Les concerts rassemblaient des hordes gothiques, même si cette musique va bien au-delà du thème gothique. L'association Lisa Gerrard et Brendan Perry nous emporte dans des voyages immobiles....

Ecouter... se laisser aller...

Nul besoin de drogue ni d'alcool pour imaginer chacun son univers...........




Le crépuscule arrivait sur la forêt.
Dans la clairière, la silhouette du grand arbre devenait encore plus impressionnante en s'assombrissant.
L'hiver finissait et les innombrables branches n'avaient pas encore mis leurs feuilles.

Une ombre passa furtivement dans le ciel.

Des mouvements se firent perceptibles à l'orée de la clairière.
Un homme grand, nu, peint de couleurs grises, noires et vertes s'avança lentement vers le chêne millénaire.
D'autres alors, nombreux,  sortirent des taillis.
Ils se regroupèrent autour du fût et restèrent silencieux un moment en regardant vers la cime.
Le soleil couchant semblait descendre le long du tronc pour s'enfoncer dans la terre.

Le premier homme donna le signal en hochant de la tête....

Les autres  se divisèrent instinctivement en trois groupes.
Les hommes du premier groupe s'élancèrent vers l'arbre et grimpèrent avec un agilité et une rapidité incroyable...
Ceux du deuxième groupe se dispersèrent sous la ramure.
Et ceux du troisième s'étirèrent tel un serpent vers le centre de la clairière.

Dans l'arbre des branches mortes commencèrent à tomber sur le sol.
Tout en bas, on s'activa à ramasser chaque tiges et à les tendre vers le troisième groupe.
Les branchages s'entassèrent alors au fur et mesure au milieu de la clairière.

Tous s'empressaient dans un silence hypnotisant.  
En quelques minutes à peine, un immense tas de bois se forma.
Et toute la matière morte fut enlevée sur les branches saines.

L'homme qui avait donné le signal de départ s'était assis contre l'arbre depuis le début et faisait tourner une tige de bois dur entre les paumes de ses mains. La pointe du bout de bois frottait une planchette. 
Un filet de fumée accompagné d'une odeur de brulé se forma à la longue au niveau de la pointe. L'homme pris alors une petite boule d'herbes sèches, l'approcha de la fumée et souffla doucement dessus. Des braises légères puis une petite flamme apparurent...
Une femme s'approcha et tendit une torche vers le feu. Lorsqu'elle fut bien enflammée elle s'avança vers le tas de branches mortes et l'embrasa...

Une colonne de fumée s'éleva vers le ciel.
Peu à peu dans les volutes deux ailes commencèrent à se former en prenant de la hauteur.

L'ombre dans le ciel revint alors survoler la clairière et jeta un cri perçant.

Des femmes recouvertes de capes en feuilles de fougères sortirent de la futaie.
Elles frappaient avec leurs mains sur des tambours accrochés à leur cou par des tresses d'herbes sèches.
Toute la tribu se rassembla autour du brasier et se mit à danser.

Le feu se consuma la nuit durant...les hommes dansèrent toute la nuit et  tombèrent petit à petit d'épuisement à coté des cendres.

Les premières lueurs de l'aube apparurent...
Un minuscule bourgeon sorti alors au sommet du grand chêne.
Le printemps venait de commencer.......

Publié dans Musique

Commenter cet article