Pelouse sauvage

Publié le par SaLmiagondis

Dans le sud de la France il est préférable de renoncer aux belles pelouses de golf à l'anglaise. C'est peu naturel, cela demande trop de travail pour les maintenir en état et surtout beaucoup trop d'arrosage si on souhaite les garder vertes.

En observant l'installation spontanée, parfois provoquée, d'espèces locales et sauvages dans mon jardin, je fini par les accepter et les apprivoiser pour la majorité d'entre elles. Et au bout du compte je réalise qu'elles sont belles, qu'elles apportent la diversité que je recherche et qu'elles peuvent rester vertes plus longtemps que l'herbe classique.

 

Pour commencer ces petits géraniums sauvages et leurs feuillage original :

geranium

 

Les mauves qui sur la zone tondue s'étalent pour former un couvre sol :

mauve

 

Il a fallu trois à quatre ans pour enfin voir les petits spots blancs et jaunes des paquerettes ainsi qu'un petit coup de pouce pour les implanter :

marguerite


      paquerette

Le plantain a désormais ses quartiers dans mon jardin et en fonction de l'emplacement il m'arrive de laisser fleurir la plante et la laisser monter pour en faire un élément décoratif comme d'autre vivaces :

plantain

 

Les pissenlits ne me dérangent absolument pas et la fleur comme la graine apportent la couleur et l'originalité graphique :

pissenlit

 pissenlit graine

 

La menthe sauvage s'est installée un peu partout; je la laisse fleurir à certains endroit pour faire le bonheur de plusieurs espèces d'hymenoptères ou de papillons. Dans la zone tondue elle s'étale elle aussi pour faire un couvre sol odorant :

menthe

 

Le quintefeuille reste vert particulièrement longtemps en été et ses petits fleurs jaunes ont leur charme :

quintefeuille

 

Le tréfle s'installe, apparait, disparait, réapparait comme bon lui semble en fonction de l'humidité du sol. Les abeilles rafollent de ses fleurs :

trefle

 

Moins sauvages, les stacchys byzantina colonisent aussi tout le jardin et j'ai décidé de laisser faire, le feuillage clair enrichi la palette des verts :

stacchys-copie-1

 

Les petites véroniquent si résistantes apportent une touche irrésistiblement romantique :

veronique 

 

veroniques


 

 

Je continue cependant a essayer de limiter la progression de cette plante au feuillage rugueux, désagréable sous les pieds et dont les rosaces s'étalent au point d'éliminer les autres espèces :feuilles rapeuses

 

J'arrache aussi systématiquement le seneçon, qui use de stratégies de reproduction particulièrement efficaces (si on arrache la plante en fleur et qu'on la laisse sur le sol elle va très rapidement produire de nombreuses graines qui vont très vite se disséminer). D'autre part, l'ingestion de cette plante par certains animaux peut s'avérer nocive :

senecon

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article